Accueil Accueil Un peintre qui s’étale, Jean-Philippe Li Vigny

Un peintre qui s’étale, Jean-Philippe Li Vigny

142

Du ravalement de façade au dégât des eaux, le métier de peintre est très varié. Dans son entreprise, Jean-Philippe Li Vigny travaille avec plusieurs spécialistes. Actuellement sur l’Ouest-Var, il souhaite prochainement ouvrir un second siège à Fréjus.

Quelles prestations proposez-vous ?
Nous répondons à tous types de demandes. C’est une entreprise de peinture générale. Nous proposons des travaux intérieurs comme des finitions extérieures avec par exemple du ravalement de façades. Cela représente 70 % de notre chiffre d’affaires

Comment comptez-vous vous développer ?
Nous avons un projet sur l’Est Var. Cela nous permettrait de travailler davantage sur les secteurs de La Londe ou du Lavandou par exemple. Le but est de s’installer pour ouvrir un nouveau siège à Fréjus. Nous avons déjà pas mal de chantiers là-bas, cela nous permettra d’être plus présents sur le terrain. Il y a beaucoup de potentiel sur ce secteur. Pour nous cela représente aussi un défi.

Concrètement, que faites-vous ?
Il y a longtemps que je n’ai plus le temps de peindre Je travaille beaucoup sur le développement de l’entreprise. En ce qui concerne notre activité, c’est plutôt calme l’été. Pour les extérieurs, le sprint démarre au printemps car les clients veulent que tout soit terminé avant l’été.

Qui compose votre entreprise ?
Il y a 14 collaborateurs dont 10 ouvriers peintres. Après, il y a des ouvriers qui ne font que de l’extérieur, d’autres que de l’intérieur. Le métier de peintre revêt différents aspects. Certains ne font que du dégât des eaux, d’autres uniquement du ravalement. On trouve aussi des peintres maçons et des peintres applicateurs.

Quels conseils pouvez-vous apporter ?
Nous pouvons le faire plutôt sur l’intérieur. Le mastic clair, beige est très tendance. En ce qui concerne l’extérieur, nous pouvons plus ou moins donner notre avis. L’architecte conseil de la mairie nous donne un panel de couleurs assez réduit.

Propos recueillis par Laura Berlioz