Accueil Accueil Stéphane Plaza, L’incontournable

Stéphane Plaza, L’incontournable

232

Agent immobilier préféré des français, Stéphane Plaza n’a pas pris la grosse tête pour autant. Sourire communicatif, bonne humeur apparente, allure décontractée, toujours présent pour rire et faire rire, la vedette de M6 est sur tous les fronts cette année encore. Alors pas question de sortir un hors série spécial « Immobilier décoration » sans y glisser une interview de celui qui connaît son métier sur le bout des doigts.

Il n’a pas la langue dans sa poche mais sait de quoi il parle… des projets plein la tête, le lancement d’un réseau national d’agences immobilières cette année, des émissions en cours et à venir, encore et toujours, rien n’arrête Stéphane Plaza !

On m’avait dit que Stéphane Plaza n’était pas souvent à l’heure, aujourd’hui tu es presque à l’heure, alors quelles sont tes excuses habituellement ?

Oui presque à l’heure aujourd’hui parce qu’on a eu un petit problème de camion… Je suis souvent en retard parce qu’il arrive toujours des imprévus, ça peut être une tablette que j’oublie dans un train, je perds mes clés, mon portable, on peut aussi se tromper de route, ce n’est pas forcément de ma faute mais il se passe toujours quelque chose quand je suis là… Après dans l’immobilier, je reconnais qu’il m’arrive d’être souvent en retard car je pars en général à l’heure où j’ai rendez-vous. (Rires)

Animateur star sur M6, agent immobilier, comédien, comment fais-tu pour gérer ton emploi du temps ?

C’est compliqué mais j’ai besoin de me mettre en danger pour pouvoir continuer, dans « Maison à vendre », dans « Recherche maison ou appartement » et même dans l’immobilier hors télévision, j’ai besoin d’avoir une diversité intellectuelle et de faire plusieurs choses pour arriver motivé comme un enfant quand je reprends les choses. C’est compliqué en énergie mais cela m’évite de rentrer dans une routine, alors est-ce que c’est mon signe astrologique donc Gémeaux ascendant Verseau, deux signes d’air qui font peut être que j’ai besoin d’être en mouvement même si j’arrive rapidement à me concentrer, en tout cas physiquement c’est assez dur.

Peut-on dire que l’immobilier t’est tombé dessus par hasard ?

Je ne crois pas au hasard ou au destin mais c’est vrai qu’on m’a proposé d’être agent immobilier, ma cousine m’a pris sous la main. Je n’ai jamais rêvé de faire ce métier comme je n’ai jamais eu le rêve de faire de la télévision. J’ai fait du théâtre pour jouer mais jamais je n’ai cherché à être animateur, Je n’ai jamais fait de casting.

Quelle est ta vision du métier d’agent immobilier ?

C’est ma passion, c’est ce qui guide ma vie, j’ai toujours dit que je pourrais arrêter la télévision mais pas l’immobilier, je pense qu’aujourd’hui le métier a beaucoup changé, les agents immobilier ont besoin d’apporter plus de services, plus de transparence, je pense toujours que ce métier est très agréable mais demande beaucoup de temps, de passion et de connaissance, nous ne sommes pas là uniquement pour ouvrir des portes, il faut se renseigner, apporter un maximum de services et être bien entouré.

Ces différentes émissions que tu présentes t’ont-elle permis de dépoussiérer le métier, beaucoup critiqué ces dernières années ?

Je pense effectivement que ces émissions ont permis de restructurer un métier assez difficile et honnêtement cela m’a à moi aussi permis de me dépoussiérer puisque j’ai rencontré des personnes qui travaillent différemment selon les villes et les régions, on est donc obligé d’avoir plus de connaissances pour être professionnel et donc d’échanger. Le risque lorsqu’on travaille dans un seul secteur c’est de s’encrouter donc cette diversité grâce aux émission m’ont permis d’apprendre tous les jours, de me professionnaliser encore et surtout d’avoir toujours envie.

Aujourd’hui, qu’est-ce que les gens reprochent aux agents immobilier ?

Dans l’immobilier il y a environ 50% de bons agents immobilier et 50% venus là en pensant que l’immobilier est un tiroir caisse, parce qu’ils n’ont pas envie de se former, parce qu’on leur a dit que l’immobilier était facile, sauf que c’est beaucoup plus compliqué et si nous ne sommes pas motivés, si nous n’avons pas cette passion, on y arrive pas et on reproche un manque de professionnalisme, un manque d’écoute, de concentration, de suivi.

Tu as une capacité incroyable à te démêler des dossiers difficiles, quel est ton secret ?

Je pense que j’ai beaucoup d’écoute et de mémoire, je dis toujours les choses soit avec humour, soit en étant plus sec, je dis ce qui va et ce qui ne va pas, sans prendre forcément des gants, bien sûr je l’enrobe selon qui j’ai en face, mais en tout cas il y a toujours un message derrière et lorsque ce message devient redondant, il rentre plus facilement.

A chaque émission on te voit un peu maladroit, extravagant, taquin, c’est ta vraie nature ?

Je suis comme ça tout le temps, après bien sûr il y a un montage mais il faut savoir que « Maison à vendre » dure 14 jours, donc lorsque l’on réduit sur 1h30 forcément on se dit que je suis très maladroit, en tout cas je suis pratiquement le même à la télévision et hors caméras.

Y-a-t-il une anecdote de tournage que tu pourrais nous raconter en exclusivité ?

J’ai pleins d’anecdotes mais pour vous j’ai un super scoop qui est que l’on verra ma mère dans un des prochains épisodes de « Maison à vendre », ce n’était pas prévu mais elle va aider au déménagement, on va donc voir à qui je ressemble vraiment.

Quel bien immobilier rêves-tu d’acheter ?

Je suis plutôt attiré par les lofts avec une cuisine ouverte parce que je n’ai pas le talent de Cyril Lignac et comme je pourrais l’inviter souvent pour qu’il cuisine chez moi au lieu d’aller à son restaurant, j’aimerais aussi des espaces ouverts, de grands volumes avec des verrières, je ne rêve pas forcément de terrasse, de balcon, je rêve plutôt d’un appartement avec parquet en béton ciré, minimaliste avec peu de meubles comme ça j’aurais moins de nettoyage aussi. (Rires)

Propos recueillis par Marine Astor