Accueil Immo Ollioules 35 hectares dédiés à l’innovation et le développement

Ollioules 35 hectares dédiés à l’innovation et le développement

77

Situé à l’entrée ouest de la ville de Toulon, le Technopôle de la Mer propose aux entreprises du secteur tertiaire une implantation exceptionnelle au cœur de 35 hectares dédiés à l’innovation, à la recherche et aux métiers de la mer. A Ollioules, la base « terrestre » constitue une valeur ajoutée au site grâce au potentiel et à la qualité de ses prestations.

A Ollioules, le regard de chacun est tourné vers l’avenir. Ici, l’avenir se traduit par la création imminente d’un site attractif, innovant, rayonnant sur toute l’agglomération toulonnaise : le Technopôle de la Mer. Divisé en deux parties ; une partie marine à La Seyne-sur-Mer et une partie terrestre implantée quant à elle sur le territoire d’Ollioules. Au programme de ce chantier que l’on aperçoit déjà distinctement, la construction d’un ensemble de bureaux et de services de proximité à destination des entreprises, la construction d’un restaurant inter-entreprises, d’un parking et d’un ensemble tertiaire par DCNS confirme l’ambition de Toulon Provence Méditerranéede devenir une agglomération innovante, à la pointe des dernières technologies maritimes.

Répartis sur 35 hectares, la base terrestre du Technopôle, situé à Ollioules attire toute l’attention de la ville et de son Maire, Robert Beneventi, qui veille quotidiennement au respect de l’identité du territoire, de ses habitants et travailleen étroite collaboration avec les partenaires de ce projet ambitieux aux enjeux économiques majeurs. Rencontre.

 Monsieur Beneventi, que représente la création du Technopôle de la Mer pour la commune d’Ollioules et plus largement pour l’agglomération toulonnaise ?

Ce site est une extraordinaire chance pour l’agglomération toulonnaise. Le lieu où nous implantons le Technopôle était à l’origine celui de l’ancien Marché Floral Méditerranéen et tous les projets que nous avons présentés sur ce secteur dont un complexe cinématographique qui malheureusement passait par de nombreuses autorisations départementales et nationales et n’a pas pu voir le jour. Nous avons eu la chance de pouvoir faire quelque chose de ce site, nous avons été particulièrement à l’écoute, nous avons réalisé une étude sur l’implantation d’un Technopôle, nous avons réalisé en 2009 une dernière révision de notre plan d’occupation des sols permettant la réalisation de ces 35 hectares dédiés au Technopôle et nous avons mis en route un projet ambitieux mais bien réel. Bien sûr, il y a quelques critères sélectifs et certaines entreprises ne pourront pas être accueillis dans ce Technopôle afin de ne pas dénaturer le site et dans le but que les entreprises de hautes technologies viennent s’y implanter. Le Président de TPM a fait au mieux pour que DCNS, cette superbe entreprise internationale puisse s’implanter dans l’aire toulonnaise et non pas ailleurs. Ce projet a parfaitement coïncidé avec l’arrivée du Pôle Mer à vocation mondiale. En effet, notre Pôle Mer a été classé au niveau mondial et confirme son positionnement de Pôle de compétitivité actif et efficace à chaque audit.

Quel rôle joue la commune d’Ollioules dans l’implantation du Technopôle ?

Il a fallu prévoir un certain nombre de choses avant l’implantation du Technopôle. Tout d’abord que notre commune conserve son identité et sa vocation agricole, d’où l’idée de créer une coupure verte immédiatement après le Technopôle. Cette partie, que l’on appelle « base terrestre » se trouve entre les deux plus grandes villes du Var que sont Toulon et La Seyne, ainsi, Ollioules contribue activement à l’arrivée d’une activité économique de très haut niveau, à l’implantation d’habitats et bien évidemment à l’implantation d’infrastructures routières permettant de desservir cette zone. Nous suivons le projet et la réalisation des travaux de manière assidue, nous avons d’ailleurs de régulièrement des invitations venant de TPM, de DCNS ou des prometteurs Cogedim et Icade à nous rendre sur le site pour voir l’avancement du chantier, la qualité des réalisations, la propreté du site de manière à ne pas trop perturber le voisinage.

Quels sont les enjeux économiques d’un tel projet ?

Les enjeux économiques sont extrêmement importants parce qu’en dehors des équipements routiers qui sont généralement réalisés avec de l’argent public, l’investissement privé représente dans ce secteur là, entre 500 et 700 millions d’euros injectés dans l’économie de l’agglomération toulonnaise. Ensuite, il faut bien comprendre toute l’attractivité que le Technopôle va apporter à notre agglomération en donnant une forte dimension métropolitaine. Il s’agit là d’un lieu regroupant des entreprises de très haut niveau qui emploient un ensemble de cadres et de salariés qualifiés, ce qui génère forcément des retombées économiques très importantes. Le Technopôle apporte également une renommée maritime pour Toulon et sa rade et vient conforter la vocation de l’agglomération de faire rayonner la rade de Toulon ainsi que sa situation géographique. Nous savons que nous sommes au bord de la mer, que nous avons la marine nationale, la base navale, mais on ne sait peut-être pas assez qu’il y a beaucoup d’entreprises privées avec un niveau technologique de dimension internationale et qu’il faut faire connaître ce niveau et le faire rayonner. Cette vocation et la création du Technopôle de la Mer est un des dix projets majeurs de la ville de Toulon. Le rayonnement est un enjeu très fort pour l’agglomération, il y a une vraie ambition pour le territoire de l’agglomération toulonnaise et Ollioules y contribue.

 Quel regard portez-vous en votre qualité de Maire sur la préservation et l’identité du quartier et les questions environnementales que se posent beaucoup d’habitants ?

Il y avait déjà du bâti sur le site avant le démarrage du chantier, même s’il y avait peu d’activité auparavant. Les habitants et moi-même portons un regard à la fois de fierté et d’inquiétude, mais je pense qu’il est important de relativiser les choses. Le territoire de la ville d’Ollioules représente presque 2000 hectares comprenant le village, des zones naturelles (600 hectares) avec des sites classés, de l’habitat diffus, des zones agricoles (400 hectares) qui le resteront et seule une partie du territoire (35 hectares) est réservée au Technopôle de la Mer. Pour la protection du territoire de la commune d’Ollioules, il y aura une coupure verte et l’identité de la ville ne changera pas. J’ai tenu ce discours devant les Ollioulais à plusieurs reprises, y compris pendant la campagne électorale, je n’ai jamais rien caché.

Comment faciliter l’attractivité du Technopôle ?

En matière de gestion du Technopôle, il faut évidemment que l’accessibilité soit bonne, nous sommes très bien placé entre Toulon et Marseille, cela va faciliter l’attractivité de ce site, nous bénéficions d’accès rapides que ce soit pour l’aéroport de Hyères ou celui de Marseille, ces points là sont très positifs. Je vois un intérêt pour la population Ollioulaise et l’agglomération toulonnaise au sens large, pour ce site qui va rayonner sur l’aire toulonnaise, pour les jeunes qui vont pouvoir être recrutés par les entreprises déjà implantées. Nous n’avons pas la taille de Marseille ou de Nice, mais le Technopôle de la Mer contribue à nous faire rejoindre les plus grands à l’avenir.

Propos recueillis par Marine Astor