Accueil Services L’œil de votre maison, i-Vizion

L’œil de votre maison, i-Vizion

12

En rentrant de vacances, de soirée ou tout simplement du travail, personne n’imagine retrouver sa maison sens dessus dessous. Pourtant, les infractions augmentent. 14 foyers varois ont été cambriolés chaque jour, en moyenne en 2017. Repérage des lieux, observation des habitudes et… action ! Pour contrer ces malfrats, de plus en plus de propriétaires ont recours à des systèmes de protection. Julien Hubert, directeur de I-Vizion nous fait un état des lieux.

Quelles sont les effractions les plus courantes ?
Aujourd’hui, elles ont lieu en quelques minutes. Au lieu de passer un temps fou à déployer des stratagèmes compliqués pour arriver à leurs fins, les malfrats préfèrent « frapper vite et fort ». Même pour de petits butins. Autrement dit, ils cherchent des espèces, des bijoux et des choses de petite taille qu’ils vont pouvoir revendre vite et bien. Donc, ces visiteurs mal intentionnés vont tout chambouler dans les habitations (placards, tiroirs, lits et canapés retournés).

Quels conseils donnez-vous aux clients ?
Nous leur expliquons qu’il est primordial de prévenir, voire d’empêcher, l’effraction en amont. D’abord, ils doivent tout faire pour éloigner les malfrats des abords de la maison. L’installation de portes blindées et de volets pour les ouvertures qui n’en comportent pas est essentielle. Si tout est déjà posé, il est préférable de blinder les volets existant et de poser de grilles sur les fenêtres au rez-de chaussez. De l’extérieur, il faut que les portails et clôtures cachent au maximum la visibilité et l’accès à la propriété. Dans un second temps, nous leur conseillons l’installation de systèmes de détection périmétrique. Les habitants seront informés de l’intrusion avant que les malfrats aient le temps d’arriver jusqu’à leur maison.

Vous parlez de détection avant infraction. Quels équipements le permettent ?
Il existe des détecteurs de mouvement extérieurs multi-technologies sur les voies de passages, des barrières infra-rouge), des détecteurs hyper-fréquences et des détecteurs de franchissement de clôture. Ces derniers sont d’une efficacité redoutable s’ils sont installés dans les règles de l’art. Notre chouchou (le plus efficace, mais le moins répandu à cause de son prix,) est le système de détection par lobe électromagnétique. Il est enterré donc complètement invisible. Ce système différencie les différentes détections (animaux, humains qui marche ou qui court etc). Les protections les plus achetées, pour l’extérieur, restent les barrières infra-rouge. Si leur emplacement est bien pensé, elles restent très efficaces et abordables.

Certains propriétaires en viennent à désactiver leur système à cause de fausses alertes. Comment y remédiez-vous ?
Justement, cette détection périmétrique demande une connaissance pointue des différents systèmes. Ils ne s’appliquent pas tous de la même manière. Nos amis les bêtes, l’agencement extérieur, la décoration, la végétation, et la manière dont les occupants vivent au sein de l’habitation sont autant de facteurs qui influent sur l’installation. En fonction de tout cela, nous optons pour un système en particulier, voire pour une combinaison spéciale de systèmes différents reliés à la centrale intrusion.

Quelles évolutions constatez-vous ces dernières années dans ces équipements ?
Tout est à présent connecté. Les systèmes de sécurité  électroniques peuvent être utilisés, managés, et maintenus à distance. Cela représente un double avantage. A distance sur votre smartphone vous avez l’image de votre domicile. Cela vous garantit  la sérénité si c’est une fausse alerte et une rapidité d’action si le danger est avéré. D’autre part, le  marché mondial de la sécurité électronique a connu une expansion telle que le coût des systèmes a rencontré des baisses allant jusqu’à 50%.

Propos recueillis par Laura Berlioz