Accueil Immo Julien Savelli, Président de la Fédération Nationale de l’Immobilier du Var

Julien Savelli, Président de la Fédération Nationale de l’Immobilier du Var

101

Bonjour Julien, avant de parler de l’actualité immobilière, pourriez-vous nous rappeler ce qu’est la FNAIM du Var :

La FNAIM est une fédération qui réunit des professionnels du logement représentant 13 métiers de l’immobilier principalement la transaction et l’administration de biens. Nous représentons les intérêts de 390 agences et cabinets immobiliers, ce qui fait de notre fédération, en nombres d’adhérents, la 3ème  au national.

 

  • Au-delà des de vos adhérents qu’elle est la relation de la FNAIM avec le public ?

Même si notre action reste destinée en priorité aux professionnels, les particuliers peuvent consulter nos adhérents pour des conseils sur les réglementations et sur l’actualité immobilière. Nous prenons soin de toujours répondre le plus promptement et précisément.

  • Qu’elle est justement la part des transactions réalisées entre particulier à particulier et celles par les professionnels ?

C’est très intéressant de souligner que plus le marché se complexifie plus les particuliers font appellent aux services de nos adhérents. Cette année 68% des transactions sont passées par des agences contre 19% de PAP et 13% restant dans un cadre successorale réalisées en général par les notaires. C’est une augmentation importante car les années précédentes nous étions en moyenne sur un rapport de 55 % pour les professionnels contre 45% de PAP.  Cela prouve que les professionnels ont un rôle à jouer très important auprès du particulier qui rassure et facilite le processus d’acquisition.

  • Vous évoquez les complexités du marché, quelles sont-elles ?

Dans l’existant, la loi Alur de Madame Duflot complexifie de manières significatives les formalités administratives qui ont pour effets de ralentir considérablement les délais entre les compromis de ventes et les actes notariés. On est passé de 3 mois à 5 mois en moyenne. Ce qui décale l’acquisition de nos clients, la trésorerie de nos entreprises et les recettes fiscales de l’état. Ajouter à cela les hésitations des acquéreurs à franchir le pas dans un contexte de crise, cette loi est un frein à notre activité et à la reprise du marché.  A noter dans l’immobilier neuf, l’abandon de la loi Duflot remplacée par la loi Pinel qui va dans le bon sens pour les investisseurs qui pourront défiscaliser dans de meilleures conditions, plus avantageuses et compréhensibles par tous. Adieu Duflot, vive Pinel.

  • C’est la période des bilans, alors quel est celui de l’immobilier varois pour 2014 ?

C’est une année en demi-teinte avec de fortes disparités entre les communes de l’arrière-pays et celles du littoral.  En moyenne sur le Var, on constate une baisse des volumes de transactions de 8% et de 6% des prix. L’impact se ressent particulièrement sur le marché de la résidence secondaire.

  • Est-ce une bonne chose la baisse des prix ?

Oui et non. C’est toujours intéressant pour de futurs acquéreurs de bénéficier de prix plus attractifs.  Ajouté à des taux d’intérêt bas cela augmente leur pouvoir d’achat et leur taux d’endettement. Mais c’est vrai que cela peut aussi inciter à un report d’achat pour certains qui attendent des prix encore plus bas ou pour d’autres qui préfèrent acheter à la hausse. Même si la tendance des prix est à la baisse depuis plusieurs mois, rien n’est garanti. Un marché favorable aux acquéreurs aujourd’hui peut basculer du côté des vendeurs demain.

  • Concernant les taux d’intérêt, les banques jouent elles vraiment le jeu du crédit ?

On a plus que jamais besoin des banques. Elles jouent le jeu des taux attractifs mais c’est vrai, elles ont aussi durcies les conditions d’accès au crédit. Les demandeurs seront plus solvables mais devront présenter un dossier bien ficelé. A ce titre la FNAIM du Var à concrétiser un partenariat avec le Crédit Foncier, spécialiste du crédit, qui peut être un atout pour ceux qui souhaite un établissement prêteur qui ne les oblige pas à changer de banque ou à ouvrir un compte.

  • On entend toujours dire que c’est le moment d’acheter ! Alors est-ce le moment d’acheter ?

Si c’est une nécessité ou une envie,  c’est toujours le moment d’acheter !

  • Les agents immobiliers sont mal perçus par le grand public. Quelles sont vos actions pour améliorer cette image et est-ce que ça ne vous pénalise pas pour susciter des vocations ?

Nous mettons tout en œuvre pour améliorer notre image auprès du public. Pour cela nous proposons un programme de formations pour les agents immobilier afin qu’ils soient de plus en plus performant dans des métiers qui demandent toujours plus de technicité. Nous voulons répondre par professionnalisme et l’exemplarité à l’exigence de nos clients. La FNAIM c’est d’ailleurs muni pour cela de son école supérieure de l’immobilier à Paris.  Concernant les vocations, nos métiers attirent toujours autant de jeunes et de plus en plus diplômés, au cursus universitaire plus important qu’avant. Par ailleurs la FNAIM du Var est parrain d’un nouveau BTS professions immobilières du lycée de Brignoles et nous passons des partenariats avec des BTS en alternance dans tout le département. A savoir que dans les 10 ans à venir il y aura un grand nombre d’agences qui changeront de mains et donc des opportunités pour des jeunes qui souhaitent s’installer.

  • Dernière question, qu’attendez-vous pour l’année 2015 ?

On attend avant tout de la stabilité de la part de nos politiques surtout d’un point de vue fiscalité immobilière et pour nos entreprises. Nous avons besoin que nos clients retrouvent la confiance. Si on veut relancer le marché de l’immobilier commençons par nous laisser travailler sereinement.