Accueil Accueil Fabien Albert, Immo-gènes

Fabien Albert, Immo-gènes

45

La vue, le voisinage ou encore la superficie. Autant de critères qui entrent en compte lors de l’achat d’un bien. Villes aux nombreux atouts Sanary et Ollioules sont très prisées. L’agence Albert Immobilier est implantée dans les deux communes. Fabien Albert, son directeur, dans le métier depuis plus de dix ans, nous décrit le marché local.

Quels sont les biens les plus prisés ?
A Ollioules, ce sont plus les maisons entre 400.000€ et 600.000€, avec minimum 3 chambres. Sur Sanary, la demande va vers un appartement proche du centre.

Quels sont les profils des acheteurs ?
A Ollioules, on travaille plus avec une clientèle de primo-accédants. Ce sont généralement des familles. A Sanary, on compte un gros pourcentage de résidences secondaires. Je suis davantage sur une clientèle hors département, qui cherche un pied à terre de vacances. Nous n’avons pas beaucoup de recul pour l’affirmer mais je sens que l’élection de Sanary comme plus beau marché de France augmente les demandes.

Vous êtes sur Ollioules depuis 7 ans. Pourquoi avoir ouvert, plus récemment, une agence à Sanary ?
Les marchés immobiliers sur ces deux communes sont assez complémentaires. Par exemple, beaucoup de personnes viennent me voir car elles connaissent Sanary. En revanche, Ollioules répond mieux à leurs exigences aux niveaux des prix et des biens.

Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui veulent acheter dans la région ?
Plus généralement, l’important, c’est d’avoir des agents sérieux. Il y a une libéralisation de la profession et tous ne sont pas fiables. Niveau prix, les indépendants prennent quasiment autant d’honoraires que les agences “classiques”. Notre estimation est gratuite mais, on donne la vraie valeur du marché. D’autres méthodes plus commerciales existent. Certaines agences vous donneront un prix de vente très haut pour vous inciter à leur confier votre bien. Trois mois plus tard, ils feront baisser le prix faute d’acheteur. Je ne critique pas, je dis juste que c’est une méthode commerciale que nous n’adoptons pas. On peut tous s’improviser “agent immobilier” avec des outils sur internet qui font de fausses estimations. Nous, on essaye de prendre en compte l’humain et de ne pas industrialiser la demande.

Les clients ont tendance à choisir d’abord un bien ou une agence ?
On tend de plus en plus vers la deuxième option, même si le premier contact avec un client se fait parce qu’ il a repéré un bien. Au début on se dit “peu importe l’agence” mais, on se rend vite compte que les services ne sont pas négligeables. Ils nous donnent leurs critères et on cherche. Le fait d’avoir une vitrine, un emplacement ça rassure beaucoup les gens, de nos jours. Leboncoin a du succès mais un agent immobilier ne fait pas qu‘ouvrir des portes. On propose une analyse, une estimation et un accompagnement.

Propos recueillis par Laura Berlioz