Accueil Déco Architecte d’extérieur , Dominique Antonini

Architecte d’extérieur , Dominique Antonini

7

Des équipements à la surface, les envies des ménages pour leur extérieur ont évoluées. Gain de temps et d’argent, la qualité de cet espace est repensée. Toute personne qui se construit un petit cocon réfléchit à son bien-être extérieur. C’est ce que constate Dominique Antonini. Architecte certifié DPLG, il travaille aussi sur les tendances extérieures.

Pour vous, quelle place occupe l’extérieur dans une construction ?
Le tissu paysager est lié à notre région méditerranéenne. L’extérieur n’est pas un simple passage comme aux Pays-Bas par exemple. Dans ce département très ensoleillé, une maison sans ce genre d’espace, c’est quasiment inenvisageable.

Comment cette conception du jardin évolue-t-elle ?
Depuis 15 ans, la surface qui y est dédiée diminue. Un jardin demande de l’argent et du temps. C’est devenu un réel luxe. Donc, de plus en plus de personnes préfèrent une grande terrasse qu’un mini terrain. D’autres ont adopté les jardins participatifs. Ils se groupent, gardent une surface intérieure et partagent leur extérieur. Tout simplement. Les promoteurs mettent de plus en plus en avant les jardins sur toit.

Pour ceux qui souhaitent investir, quelle est la tendance ?
Incontestablement le land art. C’est-à-dire de l’art contemporain avec le cadre et les matériaux de la nature. Tout cela donne un paysage qui semble sauvage mais qui reste domestique. Il ne faut pas grand-chose. Par exemple, quelques poteaux alignés et un peu de verdure suffisent à donner de la perspective.

Pourtant, un extérieur l’été est un lieu de vie à part entière. Comment le reste-t-il ?
Ces espaces qu’ils soient grands, petits ou partagés sont aménagés. La demande sur les cuisines extérieures augmente. Sans aller jusque-là, il peut tout simplement y avoir des espaces conçus pour intégrer un barbecue. Les distances sont également repensées. Lors d’un déjeuner dehors, l’hôte n’a pas forcément envie de faire 300 mètres entre son extérieur et son placard, qui contient la vaisselle chez lui. Lors de la construction, les propriétaires font le lien entre l’intérieur et l’extérieur. On nous demande également pas mal “d’entre deux” avec des pergolas et des vérandas.

Est-ce que la protection de l’environnement entre en jeu ?
Tout à fait. Vous ne verrez plus beaucoup de grandes pelouses à l’anglaise. Les gens font beaucoup plus de choix raisonnés pour économiser de l’eau.

Propos recueillis par Laura Berlioz